Journal de Kafka (IV,1 )

28.XI II Rien écrit pendant trois jours.
Tout l’après-midi au Café City à persuader Miška de signer une déclaration certifiant qu’il n’était que commis chez nous, qu’il ne devait donc pas être assuré, et que le père, pour cette raison, n’a pas à payer une importante somme supplémentaire pour son assurance. Il me le promet, je parle tchèque couramment, c’est surtout quand je m’excuse de mes fautes que je m’exprime de façon élégante, il promet d’envoyer la déclaration lundi au magasin, je me sens sinon aimé, du moins respecté par lui, mais lundi il n’envoie rien, n’est d’ailleurs plus à Prague, il est parti.
Le soir abattu chez Baum sans Max.
Lecture de « Die Hässlichen », une histoire encore trop désordonnée, le premier chapitre ressemble plus au campement d’une histoire.

Kafka a achevé le troisième cahier après seulement quatre semaines d’écriture (du 26 octobre au 24 novembre 1911). Il commence quatre jours plus tard un quatrième cahier en évoquant des événements survenus les 25 et 26 novembre. Là aussi, même intensité de l’écriture, puisqu’il aura fini ce cahier dès le 3 janvier 1912.

En 1911, Kafka vivait avec sa famille Niklasstrasse 36, juste à côté du numéro 30 où se trouvait le Café City. Ce pâté d’immeubles a disparu, j’emprunte cette photo à ce site en allemand consacré à Kafka, on y trouve également un plan de l’appartement, qui nous intéressera puisque c’est dans cet appartement qu’a été écrite La Métamorphose en 1912. Au même endroit se dresse désormais un hôtel Inter Continental.

Hermann Kafka et sa femme avaient un magasin de nouveautés situé au numéro 12 de la Zeltnergasse (aujourd’hui Celetná), où l’on vendait des parapluies, des tissus, des boutons, des sacs, des sous-vêtements, des pantoufles, parmi d’autres « accessoires ». Après plusieurs déménagements, le magasin rouvrit en 1912 à une adresse prestigieuse, dans le Palais Kinsky, situé au cœur du vieux Prague.

Miška : un employé du magasin. Son père était régulièrement en conflit avec son personnel, ailleurs dans le Journal Kafka raconte qu’il est allé rendre visite au comptable après que tous les employés du magasin ont démissionné ensemble.

Kafka a fait la connaissance d’Oskar Baum en 1904. Borgne de naissance, il perd son second œil au cours d’une bagarre entre écoliers tchèques et « allemands ». Il suit sa scolarité dans une institution juive pour aveugles. Romancier, critique musical, pianiste et organiste à la synagogue, il va devenir un ami très proche de Kafka. En 1939, il organise un réseau pour sauver les Juifs tchèques et les réfugiés antinazis. Il meurt en 1941 à l’hôpital de Prague.

Die Hässlichen, roman de l’auteur pragois Norbert Eisler paru en janvier 1912 dans la revue Deutsche Arbeit.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :