Felix Weltsch

Felix Weltsch (1884-1964), ami d’enfance de Max Brod. Son père était un marchand de tissus assez prospère et, comme sa femme, féru de musique. Tous deux voyaient d’un bon œil les amitiés littéraires et artistiques de leur fils, et l’avaient autorisé à inviter ses amis chaque dimanche au domicile familial. C’est dans ce cadre-là que Kafka a fait la connaissance de Weltsch, par l’entremise de Brod, au printemps 1903. Tous les trois étaient encore étudiants. Weltsch était passionné de philosophie et, à la différence de ses deux amis, n’avait pas d’ambition littéraire. Reiner Stach, le biographe de Kafka, raconte que, dès leur première rencontre, il avait été question de la Lettre de lord Chandos d’Hugo von Hofmannsthal qui venait d’être publiée dans un journal berlinois. Kafka se retrouvait dans cette mise en cause radicale du langage, contrairement à Weltsch pour lequel il n’y avait pas de vérité philosophique sans confiance dans le langage. La scène évoquée ici se passe des années plus tard, en décembre 1911, et on ignore si la « discussion douloureuse » tournait autour de questions philosophiques ou personnelles.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :