Journal de Kafka (V,10)

Dans la grande pièce le bruit du jeu de cartes et plus tard celui ordinaire de la conversation animée par le père quand il se porte bien comme aujourd’hui, bruit fort sans être continu. Les paroles ne représentaient que de petites différences d’intensité d’un bruit informe. Dans la chambre des filles, dont la porte était entièrement ouverte, le petit Felix dormait. De l’autre côté, je dormais dans ma chambre. Par égard pour mon âge, la porte de cette chambre était fermée. La porte ouverte indiquait en outre qu’on désirait encore attirer F. dans la famille, alors que moi j’en étais déjà séparé.


« Le petit Felix » : le neveu de Kafka, Felix Hermann, fils d’Elli Kafka et de Karl Hermann qui s’étaient mariés un an plus tôt. Elli était la sœur la plus âgée de l’écrivain.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :