Journal de Kafka (III,19)

Quand je suis entré dimanche après-midi dans la maison de Max en dépassant trois femmes de justesse, j’ai pensé : il y a encore une, deux maisons dans lesquelles j’ai quelque chose à faire, des femmes qui marchent derrière moi un dimanche après-midi peuvent encore me voir aller sous le porche d’une maison en me dépêchant parce que je dois y accomplir un travail ou participer à une conversation, ne m’en félicitant, de façon exceptionnelle, que de ce point de vue. Il n’est pas sûr que cela doive durer encore longtemps.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :