Journal de Kafka (III,29)

C’est la vigueur du langage qui séduit souvent dans les journaux, dans les conversations, au bureau, ensuite c’est l’espoir né d’une faiblesse passagère qu’on va vivre dès l’instant suivant une illumination soudaine et d’autant plus violente, ou bien seulement une forte confiance en soi ou une simple nonchalance ou une grande impression présente que l’on veut à tout prix décharger sur l’avenir, ou encore l’idée que l’enthousiasme présent et authentique justifierait toute confusion à venir, ou la joie à lire des phrases qui sont soulevées au milieu par un ou deux chocs et qui ouvrent progressivement la bouche jusqu’à ce qu’elle ait atteint sa plus grande dimension même si elles la ferment ensuite beaucoup trop vite et de travers, ou encore l’indice de la possibilité d’un jugement catégorique fondé sur la clarté, ou encore l’effort du discours qui en réalité est achevé pour se relancer une nouvelle fois, ou encore le désir d’en finir avec un sujet, ventre à terre s’il le faut, ou encore le désespoir qui cherche une issue alors qu’il respire difficilement, ou encore le désir d’une lumière sans ombre – tout cela peut séduire au point de faire dire de telles phrases : « Le livre que je viens de finir est le plus beau que j’aie lu jusqu’à présent » ou bien « est d’une beauté que je n’ai encore jamais trouvée dans aucun livre ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :