Journal de Kafka (III,33)

Löwy – Mon père à son propos : « Qui va au lit avec des chiens se lève avec des puces ». Je n’ai pas pu me contenir et j’ai dit quelque chose qui m’a échappé. Là-dessus mon père particulièrement calme (après il est vrai une longue pause remplie autrement) : « Tu sais que je dois éviter de m’énerver et qu’il faut me ménager. Ne viens donc pas avec de telles choses. J’ai mon compte, largement mon compte en énervements ces temps-ci. Alors épargne-moi de tels discours ». Je dis : « Je m’efforce de me contenir » et sens chez mon père comme toujours dans de tels moments extrêmes l’existence d’une sagesse dont je ne peux saisir qu’un souffle.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :