Journal de Kafka (III,35)

Fête de Pessa’h. Une association de juifs riches loue une boulangerie, ses membres s’occupent de tout ce qu’il faut pour faire ce qu’on appelle les massoth préparés en dix-huit minutes pour les chefs de famille : aller chercher l’eau, préparer selon le rite casher, pétrir la pâte, la découper, y percer des trous.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :