Journal de Kafka (V,13)

C’est ainsi que je perds ce dimanche calme et pluvieux, je suis assis dans la chambre à coucher et j’ai la paix, mais au lieu de me décider à écrire en y épanchant tout ce que je suis comme je voulais le faire avant-hier, j’ai passé un long moment à regarder fixement mes doigts. Je crois avoir passé toute la semaine entièrement sous l’influence de Goethe, au point d’avoir épuisé toute la force procurée par cette influence et d’être devenu improductif.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :