Journal de Kafka (V,16)

Quand je rentrerai ce soir chez mes parents, n’ayant rien écrit dont je puisse me réjouir, je ne leur paraîtrai pas plus étranger plus méprisable, plus inutile que je ne le suis à mes propres yeux. Tout cela naturellement d’après mon seul sentiment (qu’aucune observation si exacte soit-elle ne peut tromper) car en fait ils ont tous du respect pour moi et ils m’aiment également.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :