Journal de Kafka (V,19)

26.I 12
– Le dos de monsieur Weltsch et le silence de toute la salle à l’écoute des mauvais poèmes. – Birnbaum : la coiffure aux cheveux longs s’arrête net au niveau du cou qui, par cette brusque mise à nu ou par soi-même, se tient très droit. Grand nez courbé, pas trop mince et même large sur les côtés, et qui, parce qu’il est bien proportionné à la longue barbe, semble beau. – Le chanteur Gollanin. Sourire tranquille, doucereux, céleste, condescendant, qui tient longtemps quand le visage est penché sur le côté ou sur la poitrine, un peu tranchant quand il fait la moue, mais qui fait peut-être simplement partie d’une technique de la bouche. –


« Monsieur Weltsch » : sans doute le Dr. Theodor Weltsch (1861-1922), oncle de l’ami de Kafka, Felix Weltsch.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :