Journal de Kafka (V,30)

5. II   12  Lun.   Fatigué renoncé aussi à la lecture de « Dichtung und Wahrheit ». Je suis dur au dehors, froid au dedans. Quand je suis arrivé aujourd’hui chez le Dr. Fleischmann, on aurait dit, alors que nous arrivions ensemble lentement et de manière réfléchie, que nous nous heurtions comme des balles que l’un renvoie à l’autre et qui se perdent, faute de pouvoir se contrôler elles-mêmes. Je lui ai demandé s’il était fatigué. Il n’était pas fatigué. Pourquoi lui ai-je demandé ? Je suis fatigué ai-je répondu et je me suis assis.

Dr. Siegmund Fleischmann (1878-1935), collègue de Kafka à la Compagnie d’Assurances des accidentés du travail où l’écrivain travaille depuis 1908. Fleischmann était ce qu’on appellerait aujourd’hui un « chef de projet » (Konzipist).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :