Journal de Kafka (V,31)

En principe, il devrait être facile de se relever, par sa propre volonté et sa propre énergie, d’un tel état. Je m’arrache au fauteuil, fais le tour de la table à grands pas, dégourdis tête et cou, mets du feu dans les yeux, contracte les muscles tout autour d’eux. M’oppose à chaque sentiment, saluerai Löwy passionnément alors qu’il doit arriver d’un instant à l’autre, supporte poliment ma sœur dans ma chambre pendant que j’écris, absorbe à longs traits, fût-ce avec douleur et peine, tout ce qu’on dit chez Max. Il est vrai que je pourrais m’en sortir à peu près complètement en faisant une chose ou l’autre, mais à la moindre faute – et celle-ci est inévitable – tout, léger ou lourd, s’interrompra, et il me faudra tourner en rond dans l’autre sens. Le mieux, cela reste donc de tout supporter le plus calmement possible, de se comporter comme une lourde masse, et même si l’on sent qu’on vous souffle dessus pour vous pousser à partir, refuser de faire le moindre pas inutile, adresser à l’autre un regard d’animal, ne sentir aucun regret, s’abandonner à l’absence de conscience, au point qu’on croit bientôt, même si on s’y brûle, qu’on s’est fait installer ses membres immuables et raides à sa guise, bref qu’on a écrasé de sa propre main ce qui, sous une forme fantomatique, restait encore de vivant c’est-à-dire qu’on a encore renforcé l’ultime repos en paix digne de la tombe et qu’on a rien gardé hormis celui-ci. Un geste caractéristique d’un tel état consiste à passer le petit doigt au-dessus des sourcils.

Texte repris dans le premier livre publié par Kafka, Considération (1912) – absent de l’édition du Journal par Max Brod.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :