Journal de Kafka (V,57)

8.   III        Avant-hier essuyé des reproches à cause de l’usine. Ensuite réfléchi pendant une heure sur le canapé à l’acte-de-sauter-par-la-fenêtre.


Depuis l’achat d’une usine d’amiante, le père de Kafka ne cesse de reprocher à son fils de ne pas soutenir suffisamment sa famille dans la gestion de cette entreprise.

Lire cet autre passage du Journal daté du 28 décembre 1911 : Le mal que me fait l’usine.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :