Journal de Kafka (V,59)

Parcouru quelques vieux papiers. Il faut toute la force possible pour supporter cela. Le malheur qu’on doit subir quand le travail s’interrompt alors qu’il ne peut réussir que s’il est écrit d’un seul trait, et c’est ce qui m’est toujours arrivé jusqu’à présent, ce malheur il faut le vivre à nouveau, et même si ce n’est pas avec l’ancienne intensité, de façon plus resserrée.


Bientôt, en septembre 1912 (sixième carnet du Journal), Kafka fera l’expérience d’un récit écrit en une nuit (de dix heures du soir à six heures du matin) : Le Verdict.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :