Journal de Kafka (V,61)

10.  III   12 Di.

Il séduisit une jeune fille dans une petite localité des monts de l’Izera où il séjournait pendant un été pour rétablir ses poumons affectés. Incompréhensible ce que deviennent parfois les malades des poumons, il jeta la fille elle était la fille de son logeur et le soir après le travail elle faisait volontiers une promenade avec lui, dans l’herbe au bord de la rivière après avoir brièvement essayé de la persuader, et la posséda alors qu’elle était couchée là, évanouie de peur. Plus tard, il dut aller chercher de l’eau de la rivière dans le creux de ses mains et la verser sur le visage de la jeune fille cherchant ainsi simplement à la ramener à la vie. « Petite Julie, allons petite Julie », dit-il un nombre incalculable de fois, penché sur elle. Il était prêt à prendre sur lui toute la responsabilité de son délit et s’efforçait seulement de comprendre à quel point sa situation était grave. Sans réflexion il n’aurait pas pu s’en rendre compte. La jeune fille simple qui était étendue devant lui, recommençait déjà à respirer à un rythme régulier et ne gardait les yeux fermés que par peur et par gêne, ne pouvait lui causer aucun souci ; de la pointe du pied, lui le grand homme fort pouvait écarter la jeune fille. Elle était faible et insignifiante, est-ce que ce qui lui arrivait pouvait avoir une importance dont l’effet durerait ne serait-ce que jusqu’au lendemain ? Quiconque les comparait elle et lui ne devait-il pas en décider ainsi ? La rivière s’étirait paisiblement entre les prés et les champs, en direction des montagnes lointaines. Le soleil ne brillait encore que sur la berge de l’autre rive. Les derniers nuages s’éloignaient sous le ciel pur du soir.


Les monts de l’Izera (Isergebirge en allemand) constituent une chaîne des Sudètes occidentales au nord de la Bohême, à la frontière polono-tchèque. Pour des raisons professionnelles, Kafka fut amené à se rendre dans des localités de cette région début 1911, notamment à Reichenberg (Liberec aujourd’hui).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :