Journal de Kafka (V,68)

Comment Kestner 1772 à Garbenheim le trouva un jour étendu dans l’herbe et combien il était heureux de s’entretenir avec quelques personnes debout autour de lui, un philosophe épicurien (v. Goué, grand génie) un philosophe stoïcien (v. Kielmansegg) et un croisement des deux (Dr. König). »

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :