Journal de Kafka (V,83)

Was lockst du meine Brut hinauf in Todesglut. Stael traduisit par aïr brulant. Goethe dit qu’il avait voulu dire brasier. Elle trouva cela extrêmement maussade et de mauvais goût. Le sentiment délicat de la bienséance manquait selon elle aux poètes allemands.


Vers (incomplets) extraits du poème Der Fischer de Goethe : « Was lockst du meine Brut / Mit Menschenwitz und Menschenlist / Hinauf in Todesglut ? » Traduction de Jean-Pierre Lefebvre (Anthologie bilingue de la poésie allemande, Bibliothèque de la Pléiade) : « Que veux-tu tirer mon engeance / par votre esprit et par vos ruses / Là-haut dans le brasier mortel ? »

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Un avis sur “Journal de Kafka (V,83)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :