Journal de Kafka (V,85)

Dans le tramway qui roulait à toute vitesse, un jeune homme dans un pardessus ouvert bouffant autour de lui était assis dans un coin la joue contre la vitre le bras gauche allongé sur l’accoudoir et il jetait des regards pleins d’attention sur le long banc vide. Il s’était fiancé le jour même et ne pensait à rien d’autre. Il se sentait en sécurité dans l’état d’un fiancé, et c’est avec ce sentiment qu’il levait parfois fugitivement les yeux vers le plafond de la voiture. Quand le contrôleur arriva pour lui donner son ticket, il fit tinter sa monnaie pour trouver facilement la bonne pièce, la lança dans la main du contrôleur et saisit le ticket de deux doigts écartés en forme de ciseaux. Il n’existait pas de rapport véritable entre lui et le tramway, et cela n’aurait pas été étonnant s’il était apparu sur le trottoir sans avoir utilisé la plate-forme et les marches et avait poursuivi son chemin à pied en jetant les mêmes regards.

Ne reste que le pardessus bouffant, tout le reste est inventé.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :