Journal de Kafka (V,96)

18.   III   12        Sage, je l’étais si l’on veut parce que j’étais prêt à mourir à chaque instant,  non pas parce que je m’étais acquitté de ce qui m’avait été imposé de faire, mais parce que je n’avais rien fait de tout cela et que je ne pouvais pas non plus espérer en faire jamais une partie.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :