Journal de Kafka (V,97)

22   III       (ces derniers jours, j’ai écrit des dates qui étaient fausses) Conférence de Baum à la Lesehalle. Grete Fischer, 19 ans, se marie la semaine prochaine. Visage sombre, parfait, maigre. Ailes du nez bombées. Elle porte depuis toujours des chapeaux et des vêtements d’un style propre aux chasseurs. Aussi ce reflet vert sombre sur le visage. Les mèches de cheveux qui descendent le long des joues semblent se joindre aux nouvelles mèches qui poussent le long des joues, comme il semble d’ailleurs que son visage penché dans l’ombre soit entièrement couvert d’une légère pilosité. Pointe de ses coudes légèrement appuyée sur l’accoudoir du fauteuil. Puis, sur la place Venceslas, son maigre corps pauvrement et grossièrement vêtu exécute avec fougue, parfaitement et en usant jusqu’au bout de peu de force une inclinaison un retournement et un redressement. Je l’ai regardée beaucoup plus rarement que je ne le voulais.


Le 21 mars 1912, Oskar Baum lut des extraits de son livre Uferdasein. Abenteuer und Erzählungen aus dem Blindenleben von heute (Berlin, 1908) à la Lese- und Redehalle der deutschen Studenten dans la Krakauergasse.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :