Journal de Kafka (V,100)

Dans la pièce d’à côté, ma mère s’entretient avec le couple Lebenhart. Ils parlent de vermines et de cors au pied. (M. Lebenhart a six cors au pied à chaque doigt.) On comprend facilement qu’aucun progrès véritable ne se produit à travers de telles discussions. Ce sont des informations que l’on oubliera des deux côtés et qui, déjà maintenant, passent sans sentiment de responsabilité et dans l’oubli de soi. Mais c’est justement parce que de telles discussions ne sont pas concevables sans détachement qu’elles révèlent des espaces vides qui si l’on veut rester présent, ne peuvent être remplis que par de la réflexion ou mieux encore du rêve.


Ungeziefer (insecte, vermine) : première occurrence dans le Journal de ce terme qui apparaîtra dès les premières lignes de La Métamorphose, récit qu’il commence à écrire quelques mois plus tard, à partir du 17 novembre 1912.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :