Journal de Kafka (V,104)

28.   III      De la conférence de Mme Fanta « Impressions berlinoises » : un jour, Grillparzer ne voulut pas aller à une soirée parce qu’il savait que Hebbel, avec qui il était ami, y serait également. « Il va encore m’assaillir de questions sur ce que je crois concernant Dieu et si je ne sais pas quoi dire, il deviendra grossier. » – Mon attitude butée.


Berta Fanta (1865-1918), épouse du pharmacien Max Fanta, tenait un salon, d’abord au Café Louvre puis dans son appartement de l’Altstädter Ring où se retrouvaient des intellectuels pragois, surtout des disciples du philosophe Franz Brentano. Kafka, et également Max Brod, ont participé parfois à ces soirées. La conférence de Berta Fanta eut lieu dans le cadre de l’association « Progrès féminin » le 25 mars 1912. Il y fut notamment question de la vie intellectuelle à Berlin, en particulier de l’Université.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :