Journal de Kafka (VI,4)

9. V.           Hier soir avec Pick au café.

         Comment je m’accroche à mon roman, malgré toute ma fébrilité, exactement comme une statue qui regarde au loin et s’accroche à son socle.


Kafka travaillait sans doute à une première version de son roman « Le Disparu » dont le manuscrit nous est inconnu.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :