Journal de Kafka (VI,16)

Une partie de la Niklasstraße et le pont tout entier se retournent sur le passage d’un chien qui accompagne en aboyant fort une automobile de la Société de Secours. Jusqu’au moment où il abandonne tout à coup, fait demi-tour et se révèle être un chien étranger et ordinaire qui n’avait pas d’intention particulière en poursuivant cette voiture.


En 1912, Kafka vivait avec sa famille Niklasstrasse 36. Ce pâté d’immeubles à disparu.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :