Journal de Kafka (VI,19)

6 juin.        Jeudi Fête-Dieu

comment deux chevaux en pleine course l’un baisse la tête à part et la sort de la course et la secoue contre lui de toute sa crinière, puis la redresse et allant apparemment mieux reprend seulement à cet instant la course qu’il n’a à vrai dire jamais interrompue.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :