Journal de Kafka (VI,20)

Je viens de lire dans les Lettres de Flaubert :

Mon roman est le rocher auquel je m’accroche et je ne sais rien de ce qui se passe dans le monde. – semblable à ce j’ai noté pour ma part le 9 V


Le 9 mai, Kafka avait noté dans son Journal les lignes suivantes : « Comment je m’accroche à mon roman, malgré toute ma fébrilité, exactement comme une statue qui regarde au loin et s’accroche à son socle. »

Kafka lit la correspondance de Flaubert dans un volume des œuvres complètes de l’écrivain français traduites en allemand : Gustave Flaubert, « Briefe über seine Werke », Gesammelte Werke, Band 7, herausgegeben von E.W. Fischer, Minden, 1909. La citation se trouve p.249.

Voici le texte original (Kafka ne reprend pas la première phrase) : « Je vis absolument comme une huître. Mon roman est le rocher qui m’attache et je ne sais rien de ce qui se passe dans le monde. » (Lettre à George Sand, 9 septembre 1868)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :