Journal de Kafka (VI,40)

30 août      Rien fait pendant tout ce temps. Visite de l’oncle d’Espagne. Samedi dernier, Werfel a récité les « Lebenslieder » et l’ « Opfer » à l’Arco. Une horreur ! Mais je l’ai regardé dans les yeux et ai soutenu son regard pendant toute la soirée.


L’oncle d’Espagne : Alfred Löwy (1852-1923), un frère de Julie Kafka. Il dirigeait une compagnie de chemin de fer espagnol et vivait à Madrid.

Le Café Arco était un haut lieu de la culture pragoise, fréquenté par de nombreux artistes et intellectuels que Karl Kraus avait surnommé les « Arconautes ».

Franz Werfel, auteur pragois en vogue : les poèmes cités allaient paraître dans le recueil « Wir sind » (Leipzig, 1913). Kafka était à la fois fasciné et irrité par le personnage.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :