Journal de Kafka (VI,41)

Je serai difficile à déstabiliser et suis pourtant nerveux. Cet après-midi, alors que j’étais allongé dans mon lit et que quelqu’un tournait rapidement une clé dans la serrure, j’ai eu pendant un instant des serrures sur tout le corps, comme dans un bal costumé, et une serrure était ouverte ou fermée à de brefs intervalles, une fois ici, une fois là.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :