Journal de Kafka (VI,44)

Ce mois, qui aurait pu être particulièrement bien employé en raison de l’absence de mon chef, je l’ai passé sans vraie justification (envoi du livre à Rowohlt, abcès, visite à mon oncle) à glander et à dormir. Cet après-midi encore, je me suis étiré pendant 3 heures sur le lit avec des rêvasseries en guise d’excuses.


Kafka emploie ici le verbe vertrödeln et on respecte le niveau de langue (glander, buller).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :