Journal de Kafka (VII,1)

I I.  II 13    À l’occasion de la correction du « Verdict », je note toutes les associations que j’ai décelées dans l’histoire, pour autant que je les ai présentes à l’esprit. Cela est nécessaire car l’histoire est sortie de moi comme une véritable naissance couverte de saletés et de mucus, et je suis le seul à avoir la main qui peut parvenir jusqu’au corps et qui en a envie.

L’ami est le lien entre le père et le fils, il est ce qu’ils ont le plus en commun. Assis seul à sa fenêtre, Georg fouille avec volupté dans ce qu’ils ont en commun, croit avoir le père en lui et, à part un moment de triste rêverie, trouve que tout est en paix. Le développement de l’histoire montre alors comment le père surgit du commun, de l’ami, et se dresse face à Georg comme son opposé, fortifié par d’autres plus petites choses qu’ils ont en commun, c’est-à-dire par l’amour, l’attachement à la mère leur fidélité et par la clientèle du magasin constituée, à l’origine, par le père. Georg n’a rien, la fiancée qui, dans l’histoire, ne vit qu’à travers la relation avec l’ami, donc avec ce qui est en commun, et qui, le mariage n’ayant pas eu encore lieu, ne peut pas entrer dans le cercle du sang qui s’étend autour du père et du fils, est facilement chassée par le père. Ce qui leur est commun est dressé autour du père, Georg ne le sent que comme quelque chose d’étranger, devenu indépendant, jamais suffisamment protégé par lui, exposé aux révolutions russes, et c’est uniquement parce qu’il ne possède plus rien en dehors du regard sur le père que le verdict, en lui fermant complètement le père, agit si fortement sur lui.

Georg a le même nombre de lettres que Franz. Dans Bendemann, « mann » n’est qu’un renfort de « Bende » en prévision de toutes les potentialités encore inconnues de l’histoire. Mais Bende a le même nombre de lettres que Kafka et la voyelle e se répète aux mêmes places que la voyelles a dans Kafka.

Frieda a le même nombre de voyelles que Felice et la même initiale, Brandenfeld a la même initiale que Bauer et, à travers le mot « Feld », il y a aussi un certain rapport sémantique. Il est même possible que la pensée de Berlin n’ait pas été sans exercer une influence, tout comme le souvenir de la Marche de Brandenbourg.


Kafka commence ce septième carnet de son Journal le 11 février 1913. Il a écrit Le Verdict dans la nuit du 22 au 23 septembre 1912, puis, pendant l’automne et l’hiver, il reprend son récit Amérique depuis le début et écrit également La Métamorphose. On comprend qu’il n’ait guère eu le temps ni l’énergie de se consacrer à l’écriture de son Journal pendant ces quelques mois.

Le Verdict sera publié dans la revue Arkadia dirigée par Max Brod en mai 1913 et sous forme de livre aux éditions Rowohlt devenues « Kurt Wolff Verlag » en 1916.

Georg Bendemann : nom du personnage principal du Verdict, qu’il rapproche de son propre nom, ce qui n’est pas surprenant étant donné le conflit père-fils qui est au cœur du récit. Le lien qu’il établit entre la fiancée de Georg et Felice Bauer, sa future fiancée, est en revanche plus surprenant : Franz n’a rencontré Felice qu’une seule fois, le 13 août 1912, il la connaît donc à peine. Après plusieurs semaines, le 20 septembre, soit quelques jours avant d’écrire Le Verdict, il lui écrit une première lettre. Elle vit à Berlin. Le 14 août 1913, il écrit sans son Journal : « Conclusions du Verdict appliqués à mon cas. C’est à elle que je dois indirectement d’avoir écrit l’histoire, mais Georg est perdu à cause de sa fiancée ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :