Journal de Kafka (VII,2)

12.  II     En décrivant l’ami à l’étranger, j’ai beaucoup pensé à Steuer. Quand je l’ai rencontré par hasard environ trois mois après cette histoire, il m’a raconté qu’il s’était fiancé environ trois mois auparavant.

Après ma lecture de l’histoire chez Weltsch hier, le vieux Weltsch est sorti un petit moment, et une fois revenu il a fait particulièrement l’éloge de la représentation visuelle dans l’histoire. La main tendue, il a dit : je vois ce père devant moi et en disant cela il regardait exclusivement la chaise vide sur laquelle il avait été assis pendant la lecture.

Ma sœur a dit : « C’est notre appartement. » Je me suis étonné qu’elle ait mal compris la répartition des pièces et j’ai dit : « Il faudrait alors que le père habite dans les WC. »


Il est toujours question ici de l’écriture du Verdict. Otto Steuer était un ancien camarade d’école de Kafka.

Felix Weltsch, Oskar Baum, Max Brod et Franz Kafka se retrouvaient régulièrement chez l’un ou chez l’autre (sauf chez Kafka) pour se lire leurs nouveaux textes. Des membres de leur famille pouvaient être également présents lors de ces soirées : ici, on voit que le père de Weltsch assiste à la lecture du Verdict par Kafka, ainsi qu’Ottla, la sœur de ce dernier.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :