Journal de Kafka (VII,6)

22  II  14

    Malgré ma tête qui n’a pas assez dormi (hier peintre Dittrich, cheveux blancs, yeux noirs) presque douloureuse en haut à gauche à force d’inquiétude, peut-être suis-je quand même encore capable d’élaborer calmement un ensemble plus vaste, dans lequel je pourrais tout oublier et ne devenir conscient que de ce qu’il y a de bon en moi.


La parenthèse « (hier peintre Dittrich, cheveux blancs, yeux noirs) » a été retiré par Max Brod dans sa première édition du Journal de Kafka (elle n’est pas non plus dans la première traduction française du Journal par Marthe Robert).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :