Journal de Kafka (VII,11)

Quand ma grand-mère mourut, le hasard fit qu’il n’y avait plus que l’infirmière auprès d’elle. Celle-ci raconta que la grand-mère, juste avant de mourir, se souleva un peu de son oreiller comme si elle cherchait quelqu’un, puis qu’elle se recoucha tranquillement et mourut.


Kafka évoque ici la mort de sa grand-mère maternelle, Julie Löwy (1827-1908).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :