Journal de Kafka (VII,14)

9.  III  14

  Rense fit quelques pas dans la pénombre du couloir, ouvrit la petite porte dérobée de la salle à manger et, presque sans regarder, dit à la compagnie qui faisait trop de bruit : S’il vous plaît, soyez un peu tranquilles. J’ai un invité. Je vous prie de faire un peu attention. Quand il repartit dans sa chambre et qu’il entendit toujours autant de bruit, il resta immobile un instant, voulut y retourner, se ravisa et rentra dans sa chambre.

Là, un jeune homme d’environ 18 ans se tenait debout près de la fenêtre et regardait la cour en bas. C’est déjà plus calme dit-il quand Rense entra, et il leva vers lui son long nez et ses yeux enfoncés. Ce n’est pas plus calme du tout dit Rense et il but une gorgée à la bouteille de bière qui était sur la table, il est absolument impossible d’avoir du calme ici. Il faudra que tu t’y habitues, mon garçon.


Premier d’une série de fragments narratifs sur le même thème.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :