Journal de Kafka (VII,26)

Hass se dépêcha d’arriver au bateau, il courut sur le débarcadère, monta sur un pont, s’assit dans un coin, pressa ses mains sur son visage et, ensuite, ne s’occupa plus de personne. La cloche du bateau sonna, des gens passèrent en courant, loin, comme si c’était à l’autre bout du bateau, quelqu’un chanta à plein poumons

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :