Journal de Kafka (VII,35)

On fêtait des fiançailles. Le banquet était terminé, les invités se levèrent de table, on ouvrit toutes les fenêtres, c’était une belle et chaude soirée de juin. La fiancée se tenait au milieu d’un cerce d’amies et de personnes proches, les autres étaient réunis en petits groupes, on riait beaucoup ici et là. Le fiancé était seul, adossé à l’entrée du balcon et regardait dehors.

Au bout de quelques temps, la mère de la fiancée l’aperçut, alla vers lui et dit : « Tu restes là tout seul ? Tu n’es pas avec Olga ? Est-ce que vous vous êtes disputés ? « Non » répondit le fiancé « Nous ne nous sommes pas disputés. » « Bon, alors » dit la femme « rejoins ta fiancée ! Ta façon de te conduire attire les regards ! »

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :