Journal de Kafka (VII,49)

29  V  14        Demain je pars pour Berlin. Est-ce que ce que je sens est une cohésion de nature nerveuse ou bien s’agit-il d’une réelle cohésion à laquelle on peut se fier. Et si tel était le cas ? Est-il vrai qu’une fois obtenue la connaissance de l’expérience littéraire, rien ne peut plus être raté, rien ne peut plus être englouti, mais qu’il est rare aussi que quelque chose jaillisse à une hauteur exceptionnelle. Serait-ce la faible lueur à l’horizon de mon couple avec F. ? Etrange état qui dans mon souvenir d’ailleurs ne m’est pas complètement étranger.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :