Journal de Kafka (VII,52)

6.  VI 14          De retour de Berlin. Etais ligoté comme un criminel. Si l’on m’avait mis dans un coin avec de vraies chaînes et posté des gendarmes devant moi en me laissant regarder de cette seule façon, cela n’aurait pas été pire. Et c’était mes fiançailles et tous s’efforçaient de me ramener à la vie et, comme cela ne réussissait pas, de me supporter comme j’étais. F. était toutefois celle qui s’y efforçait le moins, de façon tout à fait justifiée, car c’était elle qui souffrait le plus. Ce qui était pour les autres un simple phénomène était pour elle une menace.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :