Journal de Kafka (VII,60)

Le fonctionnaire municipal ne rentra de son bureau qu’à 10 heures du soir, malgré tout, il frappa aussitôt à la porte qui séparait sa chambre de l’appartement du vendeur de meubles Rumford dont il était le locataire. Même s’il n’entendit qu’un mot indistinct, il entra tout de même dans la pièce. Rumford était assis à table avec un journal, sa graisse l’incommodait en cette chaude soirée de juillet, il avait jeté sa veste et son gilet sur le canapé ; sa chemise

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :