Journal de Kafka (VII,61)

Quelques fonctionnaires municipaux se tenaient à la balustrade en pierre d’une fenêtre de la mairie et regardaient la place en bas. Le dernier bataillon de l’arrière-garde y attendait l’ordre de battre en retraite. C’étaient de jeunes et grands gars aux joues rouges qui tenaient fermement la bride de leurs chevaux en train de s’agiter d’un côté et de l’autre. Sur leurs chevaux, deux officiers allaient et venaient devant eux. Ils attendaient visiblement une nouvelle. Souvent, ils envoyaient un cavalier qui disparaissait à toute vitesse dans une rue latérale en pente raide de la place du Ring. Aucun n’était revenu jusqu’alors.

Le fonctionnaire Bruder, un homme encore jeune mais qui portait une grande barbe, s’était joint au groupe à la fenêtre. Comme il avait un grade élevé et qu’on le respectait particulièrement en raison de son talent, tous s’inclinèrent poliment et le laissèrent accéder à la balustrade. « Alors c’est la fin » dit-il en regardant la place « c’est trop évident. » « Vous croyez Monsieur le Conseiller dit un jeune homme arrogant qui n’avait pas bougé de sa place malgré l’arrivée de Bruder et qui se tenait maintenant si près de Bruder qu’ils ne pouvaient pas se regarder dans les yeux vous croyez donc que la bataille est perdue ? C’est absolument certain. Il n’y a pas de doute là-dessus. Nous sommes entre nous soit dit mal gouvernés. Nous devons expier plusieurs vieux péchés. Nous n’avons d’ailleurs plus le temps d’en parler, chacun doit à présent prendre soin de soi-même. Nous sommes juste avant le chaos. Dès ce soir, nos hôtes peuvent être ici. Peut-être n’attendront-ils même pas jusqu’à ce soir et ils seront ici dans une ½ heure.


Les trois fragments mettant en scène le fonctionnaire municipal Bruder dans un pays en guerre ont été écrits deux mois avant le début de la Première guerre mondiale.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :