Journal de Kafka (VII,82)

6.         Considéré du point de vue de la littérature, mon destin est très simple. Ma capacité à décrire ma vie intérieure onirique a rendu tout le reste accessoire, et tout ce reste s’est affreusement atrophié et ne cesse de s’atrophier. Rien d’autre ne pourra jamais me satisfaire. Or ma force pour cette description est tout à fait imprévisible, peut-être a-t-elle déjà disparu pour toujours, peut-être me reviendra-t-elle quand même encore une fois, les conditions dans lesquelles je vis ne lui sont toutefois guère favorables. C’est donc ainsi que je titube, je ne cesse de voler vers le sommet de la montagne, mais je peux m’y tenir à peine un instant. D’autres titubent aussi, mais dans des régions plus basses, avec des forces plus importantes ; menacent-ils de tomber, alors le parent qui marche justement pour cela à leurs côtés les rattrape. Mais moi je titube là-haut, ce n’est hélas pas la mort, mais les éternels supplices de l’agonie.


Lignes qui rappellent un autre passage du Journal écrit deux ans plus tôt dans le quatrième carnet : « Il est très facile de distinguer chez moi une concentration sur l’écriture. Quand il fut clair dans mon organisme que l’écriture était pour mon être la voie plus profitable, tout se rassembla en un seul point et laissa inoccupées toutes les autres facultés qui étaient dirigées en priorité vers les joies du sexe, de la nourriture, de la boisson, de la réflexion philosophique. Je maigrissais de tous ces côtés. C’était nécessaire parce que mes forces étaient si limitées dans leur totalité que c’était seulement toutes ensemble qu’elles pouvaient servir à peu près au but de l’écriture. »

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :