Journal de Kafka (VIII,2)

Alors qu’elle sort de chez nous, Valli marche derrière mon beau-frère qui rejoint son régiment demain à Tschotkov pour un exercice militaire. Étrange, ce qu’il y a dans ce « le-suivre » : la reconnaissance du mariage comme une institution dont on s’est accommodé jusqu’au fond.


Valli est l’une des trois sœurs de Franz Kafka, son beau-frère s’appelait Josef Pollak.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :