Journal de Kafka (VIII,6)

Rencontré hier la Bailly. Son calme, son sentiment de satisfaction, son naturel et sa clarté, malgré le fait que ces deux dernières années son passage à la condition de vieille femme se soit accompli, que son embonpoint déjà fâcheux aura bientôt atteint les limites de l’obésité stérile, que sa démarche est devenue une façon de se rouler et de se pousser avec le ventre qui s’avance ou plutôt se porte en avant et sur le menton – en regardant un court instant, seulement sur le menton – le duvet de jadis s’est changé en poils de barbe qui bouclent.


Louise Bailly (1860-1942) : ancienne gouvernante de la famille Kafka originaire de Coeuve en Suisse.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :