Journal de Kafka (VIII,10)

Le mari a été atteint par derrière, jeté à terre et transpercé par un pieu – on ne sait pas d’où il est venu. Couché par terre, tête levée et bras étalés, il se lamente. Plus tard, il arrive même à se lever, vacillant un instant. Il ne fait que raconter comment il a été atteint et montre la direction approximative d’où, d’après lui, le pieu est venu. Ces récits toujours les mêmes fatiguent déjà sa femme, d’autant plus que l’homme montre toujours une autre direction.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :