Journal de Kafka (VIII,26)

Le millionnaire à l’écran au cinéma « Esclaves de l’or ». Le retenir ! Le calme, le mouvement lent qui va droit au but, pas rapide quand c’est nécessaire, tressaillement du bras. Riche, gâté, assoupi, mais comme il bondit comme un valet et fouille la chambre de l’auberge forestière dans laquelle il a été enfermé.


Première mention d’un film dans le Journal. Kafka a vu « Sklaven des Goldes » au « Grand Theatre Bio Elite » de Prague (article paru le 1er juillet 1913 dans le Prager Tagblatt).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :