Journal de Kafka (VIII,27)

2          Sangloté au-dessus du compte-rendu du procès d’une Marie Abraham âgée de 23 ans qui, souffrant de la misère et de la faim, a étranglé sa fille Barbara âgée de presque neuf mois avec une cravate qui lui servait de jarretière et qu’elle détacha. Une histoire parfaitement schématique.


Kafka lit un article paru dans le Prager Tagblatt du 2 juillet 1913 sous le titre : « Elle étrangle son enfant. Le motif : la faim ». Le procès s’achève sur un acquittement, les jurés organisent une collecte en faveur de la mère qui reçoit de leurs mains une somme d’argent (soixante couronnes) afin de pouvoir subvenir à ses besoins pendant quelques semaines.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :