Journal de Kafka (VIII,36)

Une femme assise à sa quenouille. Un homme pousse la porte avec une épée qui est rangée dans son fourreau (il le tient ouvertement à la main).

M. Il était ici !

F. Qui ? Que voulez-vous ?

M. Le voleur de chevaux ? Il est caché ici. Ne nie pas ! (Il brandit l’épée)

F. (lève sa quenouille pour se défendre) Il n’y avait personne ici. Laissez-moi !

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :