Journal de Kafka (VIII,55)

23  VII  13      Avec Felix à Rostock. La sexualité éclatée des femmes. Leur impureté naturelle. Le jeu avec la petite Lenchen, dénué de sens pour moi. Le spectacle de la grosse femme qui, recroquevillée dans un fauteuil en osier, un pied étrangement poussé vers l’arrière, cousait quelque chose et discutait avec une vieille femme, sans doute une vieille fille, dont une partie importante du dentier apparaissait sans cesse sur un côté de la bouche. La pléthore et l’intelligence de la femme enceinte. Son derrière en surfaces droites séparées, littéralement biseauté. L’activité sur la petite terrasse. Comment j’ai pris la petite sur les genoux, tout à fait froidement, sans regretter en aucune façon ma froideur. L’ascension dans la « vallée silencieuse »


Le mercredi 23 juillet 1913, Kafka et son ami Felix Weltsch sont à Rostock (aujourd’hui Roztoky), village situé à 10 kilomètres de Prague, un lieu où on aimait se rendre pour se promener, notamment dans la « vallée silencieuse ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :