Journal de Kafka (VIII,69)

Leopold S.      Homme grand et fort, gestes lents et maladroits, chemise à carreaux noirs et blancs froissée et pendant hors du pantalon, entre à toute vitesse dans la grande pièce par la porte de droite, frappe dans ses mains et crie Felice ! Felice ! Sans attendre un instant le résultat de son appel, il courtLire la suite « Journal de Kafka (VIII,69) »

Journal de Kafka (VIII,66)

Vers le matin, tourments au lit. Vu comme seule solution de sauter par la fenêtre. La mère est venue à mon lit et m’a demandé si j’avais envoyé la lettre et si c’était la première version. J’ai dit que c’était la première version, mais encore aggravée. Elle a dit qu’elle ne me comprenait pas. J’aiLire la suite « Journal de Kafka (VIII,66) »

Journal de Kafka (VIII,64)

J’ai eu de grandes difficultés à écrire la lettre aux parents, surtout parce qu’une première version, rédigée dans des conditions particulièrement défavorables, s’est refusée longtemps à une réécriture. J’y suis à peu près arrivé aujourd’hui, du moins il n’y a pas de contrevérité dans cette lettre et elle reste quand même lisible et compréhensible pourLire la suite « Journal de Kafka (VIII,64) »

Journal de Kafka (VIII,63)

Et malgré tout, si Felice et moi nous avions absolument les mêmes droits, les mêmes chances et opportunités, je ne me marierais pas. Mais cette impasse dans laquelle j’ai lentement poussé son destin fait que le mariage est pour moi un devoir inéluctable, sans être aucunement manifeste. Quelque loi secrète régissant les relations humaines agitLire la suite « Journal de Kafka (VIII,63) »