Journal de Kafka (III,23)

Ai fait hier soir mes adieux à madame Klug. Nous (moi et Löwy) avons couru le long du train et vu madame Klug qui regardait dehors derrière une fenêtre fermée du dernier wagon. Encore dans le compartiment, elle a vite tendu le bras vers nous, s’est levée, a ouvert la fenêtre, s’y est tenue unLire la suite « Journal de Kafka (III,23) »